Archives de catégorie : actualité

Le Majestic Elegance de punta cana fermé

LE MAJESTIC ELEGANCE DE PUNTA CANA FERMÉ

En raison du faible taux d’occupation enregistré ces derniers mois, Majestic Elegance, situé à Punta Cana, ferme ses portes du 15 août au 7 novembre 2019, selon ce qu’a indiqué la chaîne dans une note.

Faisant l’objet d’un procès après qu’un touriste américain a été victime d’une agression physique dans les locaux de l’hôtel, les responsables sont obligés ce établissement. Deux autres, par contre, resteront ouverts : il s’agit du Majestic Mirage et du Majestic Colonial.

C’est la pire occupation enregistrée dans la région, selon les responsables de l’hôtel. À rappeler que l’industrie traverse, depuis au moins juin, une période sombre où plusieurs touristes américains et canadiens ont perdu la vie après avoir bu dans les minibars de leur chambre.

LIRE AUSSI: NOUVELLES MESURES DE SÉCURITÉ EN RD

Global News, dans ses données obtenues du Global Affairs, avait aussi révélé que 28 citoyens canadiens étaient morts en République dominicaine au cours des six premiers mois de l’année 2019 (de janvier à juin).

LE MAJESTIC ELEGANCE DE PUNTA CANA FERMÉ

Il est vrai que le Majestic n’a pas enregistré de morts dans ses trois centres logés à Punta Cana mais Ricardo Espinosa, vice-président des ventes et du marketing, a indiqué qu’une « mauvaise campagne médiatique [suite au décès des touristes, ndlr] ont conduit des milliers de visiteurs à annuler leurs réservations pour la deuxième quinzaine d’août, ainsi que pour les mois de septembre et d’octobre.

« C’est pour cette raison que nous ne pensons pas offrir la meilleure expérience possible en ayant les stations de villégiature vides », a-t-il affirmé.

Cet hôtel à formule Tout inclus qui contient environ 600 chambres, 9 bars et 6 restaurants est frappé de plein fouet par la chute spectaculaire de la demande touristique. Carlo Chancelien, contacté à ce sujet, a fait savoir qu’à l’heure actuelle, le taux d’occupation généralement estimé à 100% en saison estivale chaude, est aujourd’hui entre 20 à 30%. Un coup dur pour l’industrie du tourisme au pays voisin.

L’enquête de toxicologie de FBI au sujet des touristes américains morts les mois derniers est en cours. Les résultats devaient être connus bientôt, selon le New-York Port.

<script async src="https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js"></script>
<ins class="adsbygoogle"
     style="display:block"
     data-ad-format="autorelaxed"
     data-ad-client="ca-pub-8816148189456491"
     data-ad-slot="1318027354"></ins>
<script>
     (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
</script>

LE MAJESTIC ELEGANCE DE PUNTA CANA FERMÉ

La République dominicaine menacée par une «épidémie» de dengue

La République dominicaine menacée par une «épidémie» de dengue

«Autopsie en cours», indique le certificat de décès de Luz Alba, 5 ans. Pour sa mère, la cause de sa mort est évidente: «la dengue». En République dominicaine, les médecins mettent en garde contre les ravages du virus, mais les autorités refusent de parler d’«épidémie».

Les chiffres du bulletin du ministère de la Santé sont alarmants: 3433 cas de dengue ont été recensés entre le mois de janvier et le 22 juin dans ce pays qui compte 10 millions d’habitants, contre 1558 cas sur toute l’année 2018.

Et les premiers touchés sont les enfants. Les moins de 15 ans représentent 86% des cas répertoriés et trois enfants ont succombé à cette infection virale transmise par le moustique Aedes aegypti, depuis le début de l’année.

Les médecins affirment que Luz Alba était infectée et sa mère, Alba Bencosme, est certaine que sa fille «est morte de la dengue». Pourtant, dans les registres officiels le décès de Luz Alba n’est pas attribué à la maladie. Les causes de son décès «sont à l’étude», explique à la presse le ministre dominicain de la Santé, Rafael Sanchez Cardenas.

«Je ne sais pas pourquoi ils ne veulent pas l’admettre», explique Alba Bencosme, dépitée.

Son cauchemar a débuté lorsque sa fille a commencé à accuser une forte fièvre. Avec son mari, elle a parcouru tout Saint-Domingue à la recherche d’une clinique privée prête à accueillir Luz Alba. La fillette a finalement été prise en charge à l’hôpital pour enfants Robert Reid Cabral.

En cas d’épidémie de dengue, ce centre hospitalier est le seul de la République dominicaine à pouvoir faire face. Mais à voir le service des urgences bondé, ses 40 lits sont manifestement insuffisants pour traiter un afflux massif de malades.

En début d’année, explique Nereida Solano, la directrice de l’hôpital, les médecins voyaient entre deux et cinq cas de dengue chaque jour. Mais aujourd’hui, souligne-t-elle, «nous en voyons 20 en moyenne».

La République dominicaine menacée par une «épidémie» de dengue

Pour différencier l’état de chaque enfant malade, le personnel a recours à des cartes de couleur placées à côté de chaque lit: vert pour les patients dans un état stable, jaune lorsque leur état est grave et rouge quand il est critique.

Le mode de transmission de la dengue est similaire à celui du paludisme: des femelles moustiques s’infectent en piquant une personne porteuse du virus, qu’elles inoculent ensuite à d’autres humains. Fièvre, nausées, courbatures et vomissements sont les symptômes les plus courants.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la moitié de la population mondiale est aujourd’hui exposée au risque de cette maladie qui est moins meurtrière que le paludisme, mais peut entraîner de graves complications.

En République dominicaine, la dengue est endémique, mais après une forte baisse du nombre de cas ces trois dernières années, la maladie est revenue «en force et elle est très agressive», explique Clemente Terrero, l’infectiologue qui a soigné la petite Luz Alba.

«L’épidémie ne fait que commencer et nous devons nous préparer au pire», prévient-il.

Wilson Roa, président du Collège médical de République dominicaine, estime que la dengue pourrait engendrer «jusqu’à 27 décès» cette année.

De son côté, le ministre de la Santé Rafael Sanchez Cardenas refuse de parler d’«épidémie» et met en avant les mesures préventives prises par les autorités: campagnes de fumigation et d’élimination des larves, en premier lieu.

Mais toutes ces mesures se heurtent à un problème structurel dans le pays caribéen. Les failles récurrentes dans la distribution d’eau obligent les Dominicains à stocker l’eau dans des seaux ou des bouteilles à l’air libre… qui deviennent alors autant de gîtes potentiels à moustiques.

Une situation que connaît bien Jury Urbaez, dont le fils de 13 ans a été hospitalisé avec de la fièvre. «Nous n’avons pas l’eau courante à la maison. Elle n’arrive pas», raconte-t-elle. Elle stocke donc l’eau dans des bacs dans lesquels elle verse du chlore pour tuer les moustiques, comme le préconise le gouvernement.

«On met du chlore et tout ça, mais bon, on ne sait jamais», explique-t-elle, méfiante.

La République dominicaine menacée par une «épidémie» de dengue

11 Touristes morts en RD: un expert appuie la thèse de l’empoisonnement

11 TOURISTES MORTS EN RD: UN EXPERT APPUIE LA THÈSE DE L’EMPOISONNEMENT

Suite à la mort de 11 touristes américains en République Dominicaine dans des complexes hôteliers de Baha Principe et de Punta Cana, Lawrence Kobilinsky, un expert en criminalistique a avancé la thèse de l’empoisonnement. Ce que nie, par contre, le président de Hard Rock Hôtel où le citoyen californien Robert Bell Wallace avait été retrouvé sans vie le 14 avril dernier.

Lire : Un 4e touriste américain retrouvé mort en République Dominicaine

10 touristes ont rendu l’âme alors qu’ils passaient des vacances dans des complexes hôteliers à formule « All inclusive » dont Baha Principe situé à La Romana, en République Dominicaine. La thèse de l’empoisonnement comme cause a été écartée par le président du Hard Rock Hôtel, Jim Allen. Ce dernier a laissé entendre que ces gens auraient succombé à cause d’une « eau étrangère », déclarant que les « voyageurs tombent malades plusieurs fois en buvant simplement de l’eau qui n’est pas la même aux États-Unis ».

11 TOURISTES MORTS EN RD: UN EXPERT APPUIE LA THÈSE DE L’EMPOISONNEMENT

L’enquête, ouverte par les autorités dominicaines et le Département d’État Américain (à travers le FBI et l’OMS), n’a pas encore abouti mais Allen dit attendre que la République Dominicaine revienne sur les faits avec des précisions. Il s’agit aussi de démontrer si l’alcool contrefait, utilisé dans les minibars des chambres ou les restaurants des hôtels est à la base de ces décès.

Lire : 10e touriste américain mort en RD : le ministre dominicain réagit

Depuis l’annonce de ces morts, plusieurs touristes ont affirmé qu’ils étaient tombés gravement malades après avoir consommé de l’alcool dans les minibars de leur chambre d’hôtel.

Lawrence Kobilinsky, expert en criminalistique, a pour sa part déclaré que les symptômes partagés par les victimes étaient «compatibles avec un empoisonnement» et que le méthanol, un ingrédient commun de l’alcool Bootleg, pouvait avoir été utilisé. Même une petite quantité de méthanol pur peut entraîner un œdème pulmonaire ou un liquide dans les poumons, ainsi qu’une détresse respiratoire.”

Source : Travel Noire et NCBC

11 TOURISTES MORTS EN RD: UN EXPERT APPUIE LA THÈSE DE L’EMPOISONNEMENT

LE HARD ROCK PUNTA CANA NE SERVIRA QUE DE L’ALCOOL 100% US

LE HARD ROCK PUNTA CANA NE SERVIRA QUE DE L’ALCOOL 100% US

Marie-Eve Vallières de Pax

Au lendemain d’une poignée de décès tragiques hautement médiatisés, le Hard Rock Hotel & Casino Punta Cana a implémenté de nouvelles mesures de sécurité afin de garantir la sécurité de tous ses clients débutant par le retrait des distributeurs d’alcool dans les minibars de ses chambres et suites.

LIRE PLUS : VOX POP : les incidents en Repdom

De l’alcool 100% américain

Le géant hôtelier a également choisi de s’approvisionner de grossistes américains préalablement vérifiés et approuvés.

Un fournisseur spécialisé situé aux États-Unis sera également en charge d’inspecter et tester sur une base quotidienne tous les aliments et boissons servies sur place, tant dans les restaurants que les autres lieux publics.

Cette règle permet toutefois une exception importante, à savoir la bière dominicaine Presidente et la spécialité locale Mama Juana.

Le Hard Rock Punta Cana retire les distributeurs d’alcool des minibars

« Même si les rapports officiels indiquent que ces incidents ne sont pas reliés, le Hard Rock Hotel & Casino Punta Cana a entrepris, selon les commentaires de ses clients, d’améliorer l’expérience et optimiser la sécurité des lieux », pouvait-on lire par voie de communiqué.

Rappelons qu’au moins sept voyageurs ont perdu la vie en République dominicaine depuis le mois d’avril.

Le ministère de la Santé Publique du pays a néanmoins confirmé que ces morts sont ont fait suite à des causes naturelles.

LE HARD ROCK PUNTA CANA NE SERVIRA QUE DE L’ALCOOL 100% US

Deux nouveaux décès de touristes américains en République dominicaine

Deux nouveaux décès de touristes américains en République dominicaine examinés à la loupe parmi la vague de touristes décédés

Christopher Palmer sur une photo d’archive à gauche. L’homme du Kansas est mort en République dominicaine en avril 2018. A droite, un homme est vu sur une plage de la République dominicaine dans une photo d’archive. (Dignity Memorial ; Erika Santelices/AFP/Getty Images)

Les familles de deux Américains ont déclaré le décès de leur proche survenu pendant leur séjour en République dominicaine.

Maser-Mitchell, qui séjournait au centre de villégiature Excellence à Punta Cana, serait également mort d’une crise cardiaque.

Ces décès font l’objet d’un examen minutieux parmi les 12 touristes morts l’année dernière dans des circonstances suspectes.

Même si les autorités dominicaines ont écarté tout lien possible entre les décès, les familles d’un homme du Kansas et d’une femme de Pennsylvanie ont déclaré que leur mort était mystérieuse et méritait une enquête complémentaire.

Des parents ont identifié le défunt comme étant Chris Palmer, un ancien combattant de 41 ans de l’armée, et Barbara Diane Maser-Mitchell, une infirmière à la retraite, a rapporté Fox News. Le décès de Palmer est survenu en avril 2018 tandis que celui de Maser-Mitchell est daté du septembre 2016.

La famille de Palmer a reçu des rapports des autorités dominicaines qui ont indiqué que sa mort était due à une crise cardiaque. Il a dit à des amis qu’il se sentait malade et a été retrouvé mort dans sa chambre.

« Après sa mort, je me suis demandée s’il avait été empoisonné ou drogué », a déclaré à Fox NewsBernadette Hiller, la compagne de Palmer pendant plus de 10 ans. Elle l’a vu quelques jours avant sa mort. « Il était en bonne santé, fort comme un cheval. »

La nécrologie de Palmer confirme sa mort en République Dominicaine.

Selon la publication de la nécrologie, Palmer « était un vendeur, un instructeur de plongée sous-marine, et vivait son rêve. Chris aimait la vie et l’aventure, passer du temps avec sa famille, faire de la plongée sous-marine, voyager et rencontrer de nouvelles personnes. »

On ne savait pas où il était dans le pays quand il est mort.

Maser-Mitchell, qui séjournait au centre de villégiature Excellence à Punta Cana, serait également mort d’une crise cardiaque.

Excellence Resorts à Punta Cuna en mai 2019. (Capture d’écran/Google Street View)

Elle est retournée dans sa chambre après s’être plainte d’une sensation de froid après avoir bu des cocktails. Elle s’est sentie plus mal le lendemain et a fini par faire un arrêt cardiaque dans l’ambulance qui l’emmenait à l’hôpital.

Terry Mackey, le compagnon de son fils, a dit qu’ils étaient avec elle à la plage. L’infirmière n’a jamais trop bu, a-t-il dit, ajoutant : « En 15 ans que je l’ai connue, elle n’a jamais souffert de séquelles. »

Elle a passé un examen médical avant de se rendre dans le pays des Caraïbes et a été autorisée, a-t-il ajouté.

Selon la nécrologie de Maser-Mitchell, ses cinq enfants et plusieurs de ses amis lui ont survécu. La notice nécrologique indiquait qu’elle avait été bénévole pour les Jeux olympiques spéciaux, ainsi que pour d’autres groupes, et qu’elle fréquentait une église locale.

Deux nouveaux décès de touristes américains en République dominicaine

Nickelodeon Hotel & Resort à Punta Cana ouvre une enquète

NICKELODEON HOTEL & RESORT À PUNTA CANA OUVRE UNE ENQUÈTE

Melissa Rycroft, ancienne star de «Bachelor», est l’une des dernières Américains à s’être rendue en République dominicaine et à souffrir d’une maladie mystérieuse. Une enquête a été déclenchée par le Nickelodeon Hotel & Resort à Punta Cana, où elle et sa famille étaient en vacances, TMZ rapporte

Heureusement, la maladie de Rycroft n’est pas mortelle, bien qu’elle soit «très malade» depuis le deuxième jour de ses vacances plus tôt ce mois-ci, a déclaré une source à Page Six . Un des représentants de Rycroft a également déclaré à Page Six que Rycroft souffrait de «gros problèmes d’estomac» depuis son retour de la République dominicaine, l’une des principales destinations touristiques des Caraïbes.

Jeudi, Rycroft, ancien chef de clan Dallas Cowboys âgé de 36 ans et mère de trois enfants, a informé ses fans sur ses «bons progrès» après «une semaine vraiment difficile».

NICKELODEON HOTEL & RESORT À PUNTA CANA OUVRE UNE ENQUÈTE

«Une mise à jour pour tous ceux qui le demandent: plus de travail sanglant aujourd’hui,» a-t-elle également posté sur son compte Instagram Stories, a rapporté Page Six. «La pression artérielle était de 90/60, alors ils la surveillent. Les nouveaux médicaments me font sentir tellement mieux! Résultats des tests d’ici au plus tard jeudi! »

Des sources ont déclaré à TMZ que la cause de la maladie de Rycroft n’était pas connue. La star de la télé-réalité, qui a également participé à «Dancing With the Stars», n’a jamais quitté le complexe, ce qui a incité le complexe à faire appel à une entreprise externe pour revoir ses pratiques de nettoyage et d’hygiène.

Dans le même temps, le FBI participe aux enquêtes des autorités dominicaines. pour savoir pourquoi au moins neuf autres Américains sont morts dans des centres de villégiature dans le pays au cours de la dernière année – ou après être tombés malades l’un de l’autre – CNN a rapporté citant des informations communiquées par le département d’État, des membres de sa famille et des centres de villégiature.

L’une des questions à examiner est de savoir si l’alcool de contrebande est le coupable, a rapporté le New York Post . Bien que le gouvernement dominicain ait insisté sur le fait que les morts ne sont pas liées entre elles, les experts ont affirmé que beaucoup de victimes avaient des symptômes similaires, a ajouté le New York Post.

De nombreuses victimes apparemment en bonne santé auraient bu au bar de la piscine de leur hôtel.

ou le minibar de leur chambre avant de tomber malade ou de mourir. Un nombre important de victimes ont également souffert de crises cardiaques, d’œdème pulmonaire, d’insuffisance respiratoire et de vomissements de sang.

Trois des Américains sont décédés au complexe Bahia Principe de La Romana à quelques jours d’intervalle, a rapporté CNN.

Deux personnes sont décédées au Hard Rock Hotel & Casino de Punta Cana. L’un de ces hommes, Robert Wallace, 67 ans, est décédé après avoir bu du scotch dans un minibar, a déclaré son gendre à l’affilié de CNN, KTXL .Ava Grace Strickland, de gauche à droite, Tye Strickland. Beckett Thomas Strickland et Melissa Rycroft assistent à un événement à New York en 2014. (Archives Jamie McCarthy / Getty Images)

TMZ a déclaré que Rycroft était le premier à tomber malade alors qu’il séjournait au complexe Nickelodeon à Punta Cuna, une région connue depuis longtemps plages de sable blanc et stations balnéaires haut de gamme. Des sources ont déclaré à TMZ que Rycroft avait pris des précautions supplémentaires en restant à l’écart du minibar de sa chambre et à l’abri de l’eau du robinet. Cependant, elle a bu quelques verres des chariots de bar et des bars de la propriété Nickelodeon.

Personne de sa famille n’est tombé malade, a rapporté TMZ.

Cela inclut ses trois enfants âgés de 3 à 8 ans et son mari, Tye Strickland, qui ne buvaient que de la bière, pas d’autres boissons alcoolisées, a ajouté TMZ.

Des inspecteurs de la santé de plusieurs agences ont procédé à des tests approfondis de la piscine, des unités de climatisation, Selon le New York Post, le ministère dominicain de la Santé publique a indiqué que des zones de restauration et d’alcool étaient présentes dans deux complexes hôteliers de Bahia Principe où trois visiteurs sont morts. Les autorités attendent les résultats du test.

Lawrence Kobilinsky, professeur de médecine légale au John Jay College of Criminal Justice à Manhattan, a déclaré au New York Post que les nausées, vomissements, diarrhée et autres symptômes ressentis par certains des personnes décédées étaient compatible avec une intoxication au méthanol ou aux pesticides.

Finalement le poste est un type d’alcool utilisé dans l’antigel et que l’homme ne peut pas ingérer, a ajouté le Post.

Cet article est apparu en premier (en Anglais) sur mercurynews.com

NICKELODEON HOTEL & RESORT À PUNTA CANA OUVRE UNE ENQUÈTE

Le FBI recueille des échantillons sur le minibar d’un hôtel de La Romana

Le FBI recueille des échantillons sur le minibar d’un hôtel de La Romana

Des échantillons provenant d’un minibar de l’hôtel Bahia Principe, à La Romana, en République dominicaine, ont été recueillis par le FBI afin d’être testés.

La police fédérale américaine, en collaboration avec les autorités dominicaines, mène l’enquête afin de déterminer les circonstances entourant la mort nébuleuse de neuf touristes américains dans les dernières semaines dans le pays des Caraïbes.

Selon Carlos Suero, directeur des communications du ministère de la Santé de la République dominicaine, des échantillons sont toujours récoltés lorsqu’un visiteur meurt dans une chambre d’hôtel.

Le minibar a été testé pour voir s’il avait des traces de bactéries, et l’eau des douches et des robinets a aussi été examinée par les autorités, a indiqué M. Suero à CNN.

Le FBI porte également assistance à la police locale en ce qui a trait aux tests toxicologiques menés sur trois des neuf personnes décédées mystérieusement à cet hôtel en République dominicaine.

Les résultats de ces analyses seront connus d’ici un mois.

<script async src="https://pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js"></script>
<!-- horizon -->
<ins class="adsbygoogle"
     style="display:inline-block;width:728px;height:90px"
     data-ad-client="ca-pub-8816148189456491"
     data-ad-slot="3197424237"></ins>
<script>
     (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
</script>

«De l’hystérie»

En entrevue à Fox News, le directeur des communications du ministère de la Santé de la République dominicaine a toutefois qualifié l’attention médiatique accordée à ces décès d’«hystérie».

Selon lui, les neuf touristes sont morts de cause naturelle. Les tests effectués sur la nourriture, l’air conditionné et sur l’eau de la piscine se sont tous avérés négatifs.

«Tous les tests sont négatifs, tous. Sur la nourriture, sur l’eau, l’air, tout est normal et il n’y a pas eu d’altération de l’alcool», a soutenu Carlos Suero à Fox News.

Fox News rapporte que plusieurs victimes avaient consommé un breuvage provenant du minibar dans leur chambre avant de commencer à être malade.

«C’est de l’hystérie contre la République dominicaine pour faire mal à notre tourisme. C’est une industrie très compétitive, nous recevons des millions de touristes et nous sommes une destination touristique très populaire», a ajouté M. Suero.

Le FBI recueille des échantillons sur le minibar d’un hôtel de La Romana

Ces incidents sont isolés et la République dominicaine est un endroit sécuritaire

Ces incidents sont isolés et la République dominicaine est un endroit sécuritaire

Un neuvième touriste américain est décédé dans des circonstances nébuleuses alors qu’il se trouvait en vacances en République dominicaine.

Joseph Allen, qui séjournait à l’Hôtel Terra Linda, dans la ville de Sosua, est mort subitement le 13 juin dernier.

La veille de son décès, l’Américain de 55 ans avait indiqué à sa famille qu’il ne se sentait pas bien.

C’est le personnel de l’hôtel qui a fait la triste découverte après que des membres de la famille de Joseph Allen se soient inquiétés de ne pas avoir de ses nouvelles.

Selon les informations préliminaires de l’autopsie, l’Américain serait mort à la suite d’un arrêt cardiaque.

«Je ne suis pas un parieur, mais si j’avais dû choisir qui aurait pu mourir d’un arrêt cardiaque, j’aurais dit que ça aurait été moi», explique Jason Allen, le frère de la victime, en entrevue avec CNN.

«L’idée que ça soit arrivé comme ça, sans avertissement, ça ne me rentre pas dans la tête», ajoute-t-il.

Jason Allen ne croit pas que son frère ait pu être assassiné. Il se demande plutôt s’il n’y avait pas quelque chose dans l’air ou dans les cocktails à cet hôtel.

«Tout ce que je sais, c’est que personne ne devrait vivre ce qu’on vit en ce moment», ajoute M. Allen.

Ces nombreux décès ont inquiété bon nombre de touristes qui prévoyaient voyager en République dominicaine.

Les autorités locales se font toutefois rassurantes et soutiennent que ces décès sont isolés.

«Dans les cinq dernières années, plus de 30 millions de touristes ont visité la République dominicaine, mais c’est la première fois que la presse internationale fait état d’une situation si alarmante», expliquait le ministre du Tourisme Francisco Javier Garcia, plus tôt ce mois-ci.

«Ces incidents sont isolés et la République dominicaine est un endroit sécuritaire», avait-il ajouté.

De décembre 2012 à décembre 2018, 128 Américains sont décédés en République dominicaine, selon les chiffres rapportés par CNN.

Ces incidents sont isolés et la République dominicaine est un endroit sécuritaire

Des bouteilles de fort mortel en cause selon des QUÉBÉCOIS ?

DES BOUTEILLES DE FORT MORTEL EN CAUSE SELON DES QUÉBÉCOIS ?

Les autorités resserraient leur enquête autour de l’alcool, dénominateur commun de plusieurs mystérieux décès récemment survenus dans des tout-inclus, en République dominicaine.

Depuis le 30 mai, date à laquelle trois décès suspects ont été confirmés en cinq jours au Bahia Principe de La Romana, de nombreux témoignages ont fait surface dans les médias.

Au total à ce jour, le quotidien New York Post a répertorié sept Américains ayant perdu la vie d’étrange manière dans des complexes hôteliers, en une année.

La plupart d’entre eux sont décédés dans des circonstances semblables, soit après avoir consommé de l’alcool dans le minibar de leur chambre, rapporte le média new-yorkais.

Les enquêteurs du Federal Bureau of Investigation (FBI) tentent donc de savoir si du méthanol aurait été utilisé pour remplacer l’alcool haut de gamme que devraient contenir les bouteilles.

La police n’a pas précisé si un type d’alcool était visé.

Cette vague de mortalité fait ressurgir d’étranges souvenirs chez plusieurs Québécois, dont Daniel Désilets, 55 ans, de Sainte-Julie. Il a séjourné à La Romana, du 31 janvier au 6 février.

«Deux personnes sont mortes pendant mon séjour, confie-t-il au Journal. J’ai trouvé ça bizarre. Mais des personnes âgées, c’est possible. Sauf que là…»

Peu de temps après son arrivée, une sexagénaire aurait été trouvée en matinée gisant sur le bord d’une piscine.

Deux jours plus tard, un aîné se serait effondré à quelques pieds de lui, alors qu’il jouait au volleyball, raconte-t-il.

Vidéos choquantes

Une autre voyageuse de Laval, Catherine Messier, 39 ans, soulève que des vidéos choquantes circulent sur internet.

Dans celles-ci, on y voit des habitants remplir des bouteilles d’eau à même le robinet afin de les vendre. Un «fléau», qui selon elle, serait très connu dans ce pays des Caraïbes.

Un «fléau», qui selon elle, serait très connu dans ce pays des Caraïbes.

«J’ai failli en mourir en 2017»,

alerte Mme Messier.

D’autres Québécois nous ont récemment rapporté avoir été violemment malades en République dominicaine, au cours des dernières années.

DES BOUTEILLES DE FORT MORTEL EN CAUSE SELON DES QUÉBÉCOIS ?

une Touriste emportée par la mer a été retrouvée morte en république Dominicaine

UNE TOURISTE EMPORTÉE PAR LA MER A ÉTÉ RETROUVÉE MORTE EN RÉPUBLIQUE DOMINICAINE

Selon le New-York Post, Surelly Miller, professeure de yoga et mère de trois enfants, est le dernier cas de décès de citoyens américains répertoriés en République Dominicaine.

Un journal dominicain a  a révélé que son corps a été découvert par un pêcheur vendredi après sa disparition, la veille, à Cabarete, village situé dans la province de Puerto Plata, au bord de la côte nord-ouest.

Surely Miller a été retrouvée sans vie par un bateau de pêche.

Entraînée par un courant marin continu entre Sosúa et Cabarete, emportée à plus de trois kilomètres de la côte, Surely Miller a été retrouvée sans vie par un bateau de pêche.

Après avoir été examinée par la docteure Ruth Esther Rosario, médecin en exercice, le corps de la citoyenne américaine née de parents dominicains a été envoyé à l’Institut national des sciences judiciaires (INACIF) à Santiago de Los Caballeros, pour une expertise locale.

Surelly Miller, propriétaire d’un studio appelé « Surely Yoga » est la mère de trois enfants : Dylan, 15 ans, Miles, 13 ans et Preston, 10 ans.

Des amis et étudiants qui l’ont connue et côtoyée ont déjà lancé une page GoFundMe dans le but de collecter des fonds destinés à prendre en charge ses fils.

UNE TOURISTE EMPORTÉE PAR LA MER A ÉTÉ RETROUVÉE MORTE EN RÉPUBLIQUE DOMINICAINE

Sûrement Miller
Un professeur de yoga traîné en mer est le dernier à mourir en République dominicaine

Un professeur de yoga traîné en mer est le dernier à mourir en République dominicaine

Une professeure de yoga de Pennsylvanie âgée de 42 ans est décédée cette semaine quand elle a été emportée par la mer en République dominicaine – le huitième décès de touriste américain rapporté dans le pays au cours des dernières semaines.

Le pêcheur local a retrouvé le corps de Miller mercredi après son évasion d’une plage à Cabarete, a fait savoir Dominican Today .

La mère de trois enfants est allée se baigner mardi près de la province côtière de Puerto Plata avant d’être entraînée en mer par un courant continu et emportée à plus de trois kilomètres de la côte, selon le rapport.

Miller possédait un studio appelé Surely Yoga à Slatington, où elle enseignait également des cours qui «visent à aider les autres à connaître et à guérir intelligemment leur corps», selon sa biographie .

Elle a dit avoir déjà étudié à New York, à Miami, à Orlando, au Mexique et en République dominicaine.

Tribe Yoga, un autre studio local où elle a enseigné, a confirmé sa mort mercredi dans une publication sur Facebook.

“Rendre hommage à notre cher ami et professeur Sûrement Miller, demain”, a déclaré le studio, ajoutant qu’ils organiseraient un cours “consacré à son bel esprit”.

Des amis et des étudiants ont également visité les médias sociaux pour pleurer le décès de l’enseignant.

«Juste déchirant. Miller était sûrement pleine d’amour et de vie. Elle nous manquera beaucoup », a écrit Rebecca Olesen sur Facebook.

“Nous avons sûrement béni beaucoup d’entre nous avec son toucher de guérison chaleureux et la meilleure chose que nous puissions faire pour elle maintenant est de veiller à ce que ses enfants soient pris en charge”, a déclaré la page.

UNE TOURISTE EMPORTÉE PAR LA MER A ÉTÉ RETROUVÉE MORTE EN RÉPUBLIQUE DOMINICAINE