SANTO DOMINGO

Santo Domingo

Santo Domingo, Distrito Nacional

La ville de Saint-Domingue3(Santo Domingo ou Santo Domingo de Guzmán en espagnol, ou San Domingo de façon plus ancienne) est la capitale politique et économique ainsi que la plus grande ville de la République dominicaine.

Elle est située sur la côte sud de l’île d’Hispaniola que le pays partage avec Haïti.

Saint-Domingue est située en bordure de la mer des Caraïbes, à l’embouchure de la rivière Ozama. L’agglomération de Saint-Domingue en croissance rapide compte 2,7 millions habitants en 2018.

Fondée de 1496 à 1502, Santo Domingo est le plus vieux site de peuplement européen des Amériques habité sans discontinuité et fut le premier siège du pouvoir espagnol dans le Nouveau Monde.

Depuis 1932 elle est le chef-lieu du district national.

Une première colonie, nommée La Navidad, s’installe dans le nord de l’île quelques mois après l’arrivée de Christophe Colomb fin décembre 14924. Mais les premiers occupants furent massacrés par les indiens Taïnos5.

Un plan de Santo Domingo de 1671

Une deuxième colonie permanente est fondée, toujours dans le nord baptisée La Isabela.

Mais l’emplacement peu propice (absence de source d’eau potable et mouillage de mauvaise qualité pour les navires).

Ainsi donc que les vents violents venant du nord qui sont accusés par les colons d’être à l’origine des nombreuses épidémies dont les Européens sont atteints, entrainent la construction d’une nouvelle ville au sud de l’île.

À l’initiative de Bartolomeo Colomb, frère cadet de Christophe, est alors édifiée en 1496 sur la rive orientale du fleuve Ozama la ville de Nueva Isabela, en hommage à la reine Isabelle de Castille.

Elle est officiellement fondée le 4 août 1496.

En 1502, un cyclone ravage la nouvelle ville qui est alors reconstruite sur l’autre rive du fleuve par le gouverneur nouvellement nommé, Nicolás de Ovando et prend le nom de Santo Domingo de Gúzman, en l’honneur de Saint Dominique de Guzmán.

Un plan en damier est retenu pour la construction de cette cité qui est aujourd’hui le quartier de la zone colonialecomme dans toutes les villes du Nouveau Monde construites par les espagnols.

Dès 1508, Santo Domingo acquiert son statut de ville, Ferdinand II d’Aragon, roi d’Espagne, lui accordant ses armes. Elle devient le siège de la vice-royauté des Amériques.

En 1511, on y crée le premier Tribunal Royal dont la juridiction s’étend à l’ensemble des territoires du Nouveau Monde.

 Diego Colomb, fils de l’amiral, installe la première cour de Vice-roi et Gouverneur des Indes, dans ce qui est aujourd’hui nommé le Palais de Colomb (El Alcazár de Colón), situé stratégiquement entre deux portes des murs d’enceinte de la ville.

De ce batiment on peut voir le fleuve, au bord duquel sont également édifiés les chantiers navals royaux qui portent toujours le nom de Atarazanas Reales.

En 1538 est créée la plus vieille université du Nouveau Monde par une bulle du pape, In Apostolatus Culmine, qui octroie ce statut au centre d’études fondé dès 1502 par Hernando de Gorjón et qui occupe le Couvent des Dominicains, à quelques pas de la forteresse.

À noter qu’elle est baptisée Santo Tomás de Aquino (Saint-Thomas d’Aquin). L’institution existe encore de nos jours sous le nom d’Université Autonome de Santo Domingo (UASD), mais a été transférée à la périphérie de la zone coloniale6.

Pour terminer, Diego Colomb lègue une ville en grande expansion en 1523, à la fin de son second mandat de gouverneur.

Sans oublier que l’or se faisant rare sur l’île av laissé place à la culture de la canne à sucre, dont le succès en Europe permet le financement des grandes constructions de Saint-Domingue au xvie siècle.